Rédaction de contenu web, textes professionnels et privés

Professionnelle de l’écrit depuis + de 10 ans, je réalise la rédaction de contenu web, textes professionnels ou privés, ainsi que relecture, correction, reformulation de vos projets. J'écris au quotidien, articles pour sites web, revues, blogs, chroniques littéraires... Sur le Net, je rédige descriptions de produits pour e-boutiques, fiches métiers pour annuaires, articles divers. Je respecte délais, impératifs, et confidentialité de vos projets. Votre satisfaction est ma première priorité.

lundi 10 décembre 2012

Coup de vieux

Le petit mot-ennemi

Je vieillis, tu vieillis, il/elle vieillit, nous vieillissons, vous vieillissez, ils/elles vieillissent…
Ce petit verbe qui n'est plus notre ami au fil des années passant.

Plus le temps court, plus nous cherchons à nous éloigner de sa simple prononciation et malgré cela plus il prend de la place de manière insidieuse, ne serait-ce que physiquement.
Oh bien sûr, cela n'est pas le cas lorsqu'on a trente ans, ni même trente-cinq… mais après c'est une autre histoire !

Prenez une photographie de vous d'il y a… disons… vingt ans (on ne va pas aller trop loin, hein !). Puis, placez-vous devant un miroir. Mettez la photo face à vous, près de votre reflet. Que voyez-vous ?
A cet instant, le petit verbe qui habituellement paraît insignifiant, prend ici tout l'espace entre vous et ces deux images de vingt ans d'écart.

Quand bien même nous ne nous sentons pas vieux, notre entourage, lui, ne se gêne pas pour nous rappeler les années qui s'additionnent. Quand je dis l'entourage, ce n'est pas uniquement familial ou amical, mais également toute personne côtoyée, croisée, rencontrée…

Il y a quelques jours, alors que j'échangeais quelques mots avec mon boulanger, celui-ci me dit : "Quand je pense que je vous connais depuis plus de vingt ans !" Et toc ! Je prends l'exclamation du gentil Monsieur de plein fouet. Je mets le tout dans ma poche et mon mouchoir par-dessus.
Ecrivain public
Coup de vieux

Il y a eu aussi, un jour, un ancien collègue qui me dit : "Il faudra que tu penses bientôt à te teindre les cheveux, tu commences à avoir des cheveux blancs ! On avance en âge, mine de rien", je n'ai pas manqué de lui rétorquer qu'il y a des jeunes de trente piges, voire moins, qui sont couverts de cheveux blancs, pourtant ils sont loin d'être vieux !


Alors oui, j'ai quelques cheveux blancs ! Je n'ai jamais rien fait à mes cheveux, aucune maltraitance. Ils sont au naturel et quand bien même deviendrais-je blanche comme la neige, les teindrais-je un jour ? Peut-être ou… peut-être pas !

C'est comme ce "jeune" responsable du personnel, alors que je postulais pour un job qui me dit sans coup férir (je vous résume) :
- "Votre CV convient parfaitement (j'adore ce "parfaitement"), vous avez de grandes qualités…"
Pause ? Et là, je sens ou du moins je comprends qu'il y a un "mais" plein d'importance et même irréversible.
Et ce "jeune" responsable de continuer :
- "Mais" (ah, le voilà ! Je l'savais !), nous recherchons du personnel sur du long terme… donc un peu plus jeune."

Voiiilà, c'est là ! Cependant, je ne le mets pas dans ma poche avec mon mouchoir par-dessus cette fois-ci ! Avec toute la diplomatie et la correction dont je suis capable, je réponds :

- "Si je comprends bien, vous êtes en train de me dire que je suis trop vieille ?"
- "Euh… non, non…", ne sachant que dire de plus pour se sortir de cette bourde, sa phrase reste suspendue dans l'atmosphère tendue.
- "Mais cher Monsieur, je n'ai que 45 ans. J'estime avoir encore au moins vingt ans de travail devant moi. Alors, si vous estimez que vingt ans ce n'est pas du long terme, je ne comprends pas ! Nous ne devons pas avoir la même notion du temps !"

Puis, comme je n'avais rien à perdre, j'ai ajouté avant de mettre un terme à cet entretien qui tenait plus du canular qu'autre chose :
- "Mais dites-moi, êtes-vous certain que votre petite entreprise, elle, sera toujours debout dans vingt ans ?"

Le Monsieur, penaud, a bien tenté de bafouiller quelque chose, mais ce ne fut qu'une tentative avortée car rien ne sortait de sa bouche.
J'ai ramassé mes documents, lui ai gentiment pris mon CV qu'il tenait encore dans ses mains et avant de partir, je lui ai simplement dit :
- "D'ici une dizaine d'année, je pense que vous aurez une autre façon de raisonner ! Au revoir Monsieur !"

Et pour cause, il ne devait pas avoir plus de trente-cinq ans. Je venais de prendre une "claque" magistrale, un coup de vieux sans commune mesure lors de ce rendez-vous. Pourtant, on me donne souvent moins que mon âge réel. Aurais-je dû masquer mon âge sur mon CV ?

Ecrivain public
Vieillir
Les marques du temps se lisent sur nous, cela fait partie du parcours de la vie au même titre que bien des hommes deviennent chauves. Néanmoins, est-ce forcément nécessaire de le faire remarquer à tout bout de champs sous prétexte qu'on a dépassé la quarantaine ?

Je préfère quand ce "rappel sort de la bouche" des enfants, c'est tellement innocent, et même presque charmant qu'on ne peut pas leur en vouloir, comme par exemple :

- Quand vous parlez de Candy à votre "pré-ado" qui ne regarde que les dessins animés modernes et violents et qu’il vous demande « qui c’est ça ? »
- Quand vous écoutez les chansons qui ont fait votre adolescence et que votre gamin vous dit "oh c'est ringard ce truc".
- Quand votre gentil minot pour vous poser une question, commence sa phrase par "dis, quand t'étais jeune…"

A quarante-cinq ans, j'espère n'être qu'à la moitié de ma vie, tout en me disant que ce ne sera probablement pas suffisant pour réaliser tout ce que je souhaite accomplir parce que j'ai toujours de nouvelles idées, de nouveaux projets, de nouveaux défis…

J'aime la vie et je m'y complais malgré les coups tordus qu'elle s'amuse à mettre sur mon chemin ou encore les blessures qu'elle se targue à m'infliger comme une sale môme.
J'aime la vie et malgré les années qui s'accumulent, je me sens jeune encore et cette jeunesse on ne me la volera pas. Elle est là, à l'intérieur, sa flamme est vive.

Alors, ce petit verbe n'est certes pas mon ami (pas plus qu'à vous, je présume), néanmoins, il n'est pas non plus mon ennemi !

Vieillir est l'évolution de l'être, l'accomplissement de la maturité, le propre de la vie. Cela dit, je ne regarde pas ce que j'ai été dans le passé, non, je regarde ce que je suis pour avancer vers ce que je veux être !

Comme toujours, vous pouvez faire part de votre avis en commentaire tout en conservant respect et correction. J'apprécie de lire les différents points de vue, de les analyser pour les comprendre. Vos réactions n’intéressent.


Ici : Voir le site de Marie Lemoine
Contact direct et personnalisé : 
Mail : ecrivain.public75@yahoo.fr 
Tel : 07 62 73 44 24

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible après validation.